Accueil > A la une > Côte d’Ivoire : Où en est le tourisme ?

Côte d’Ivoire : Où en est le tourisme ?

ci tour
L’une des belles plages ivoiriennes

Le monde entier a célébré ce 27 septembre, la Journée mondiale du tourisme. En Côte d’Ivoire, où cette célébration se déroulera les 05 et 06 octobre prochain, on dénombre d’énormes potentialités touristiques. Pourtant, le pays peine à se positionner dans le top 10 des destinations africaines les plus prisées.  

Les études passent et se succèdent. Les conclusions sont les mêmes : le pays n’est pas dans le classement des dix nations les plus compétitives en matière de tourisme sur le continent.

Selon le rapport World Economic Competitiveness Report datant de 2015, la destination ivoirienne  n’attire pas autant de touristes que l’Afrique du Sud ou le Maroc, respectivement premier et deuxième.  Le rapport conjoint de l’agence espagnole Bloom Consulting en partenariat avec The Economist, CNN et Forbes quant à lui place le pays  au 24ème rang africain.

Pourtant,  ce ne sont pas les attractions touristiques qui  manquent en Côte d’Ivoire.

Des  richesses exceptionnelles… 

Le pays offre des possibilités variées de pratiquer toute sorte de tourisme : culturel, balnéaire, écotourisme et d’affaires.

C’est un émerveillement de parcourir la Côte d’Ivoire, tant les potentialités abondent. La nature offre de beaux paysages à découvrir et à apprécier. Du sud au nord, le touriste pourra voir se succéder des végétations passant de forêts denses, claires à la savane.

Un tableau unique  animé par des populations  réputées pour leur accueil chaleureux et la richesse de leur culture locale. Le pays compte en effet une soixantaine d’ethnies. Chacune, avec des pratiques culturelles (danses, rites, alimentation, organisation sociopolitique, etc), propose  des scènes d’une beauté captivante et des séjours mémorables.

De nombreux festivals tels que l’Abissa, le Popo Carnaval de Bonoua et autres sont des atouts susceptibles de valoriser le tourisme culturel. A côté, les mosquées séculaires du nord du pays et la basilique de Yamoussoukro sont des merveilles  à découvrir.

On ne peut que se réjouir des énormes possibilités qui s’offrent à nous si nous sommes des adeptes du tourisme balnéaire. Pour plus de 500 km de côtes, le pays offre de visiter de belles plages dans les localités de Grand-Bassam, Abidjan, Assinie, Sassandra, San Pedro, Grand-Béréby, etc.

Les pays comme la Tanzanie et le Kenya sont prisés pour leurs réserves naturelles et parcs nationaux. Des dotations dont peux se prévaloir la Côte d’Ivoire avec fierté.

Fort de ses nombreuses  réserves naturelles et parcs nationaux, le pays est une destination de haut rang en termes de tourisme écologique. En plein Abidjan, la capitale économique,  la forêt du Banco propose aux visiteurs d’observer  une faune et une flore variée. Les incursions à l’intérieur du pays permettent de découvrir d’autres trésors tels que les parcs nationaux de la Comoé et de Taï -inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Si le pays a longtemps été une destination prisée pour le tourisme d’affaires, c’est principalement grâce à l’existence d’infrastructures  de haut standing : hôtels, salles de conférences, transport, etc.

Du plomb dans l’aile  

Avant les différentes crises qu’à connue la Côte d’Ivoire, l’activité touristique était avec le  binôme café-cacao, les secteurs clés de l’économie.

La crise aura ainsi impacté négativement  la fréquentation du pays.

Il fallait donc repenser le secteur du tourisme après la guerre. Faire de ce secteur, un moteur de développement économique et social, tel est l’objectif  du ministère de tutelle.

Lobbying à l’international pour ‘’vendre le pays’’, organisation d’événements attractifs-MASA, SITA… ont été entrepris pour redorer l’image de la Côte d’Ivoire.

A en croire les chiffres des flux de touristes entre 2011 et 2014, les actions menées portent leurs fruits.

Selon le site du ministère du tourisme,  259 000 visiteurs  ont été enregistrés en 2012 contre 289 191 en 2013.  Pour 2013 et 2014, ce sont respectivement 380 000 et 470 809 touristes qui ont visité le pays.

Des chiffres qui sont loin de repositionner voire de l’inscrire comme l’une des cinq nations les plus prisés en Afrique.

La dégradation des sites touristiques existants, l’insécurité, le manque de professionnalisme dans le secteur, l’avancée de la mer avec pour conséquence directe la destruction  du littoral et les infrastructures hôtelières situées en bordure de la mer… Les problèmes sont multiples et continuent de plomber les efforts.

La célébration de la journée internationale du tourisme prévue en début du mois d’octobre en Côte d’Ivoire devrait permettre de repenser les actions et politiques mises en œuvre par les autorités ivoiriennes. Et ce, afin de donner au pays la place qu’il mérite avec son riche patrimoine culturel.

Cyrille Leverbe /Abidjan911.com

Toute l’information de la Côte d’Ivoire sur Abidjan911.com la plateforme du citoyen.
DONNEZ VOTRE AVIS
fpi

Nouvelle constitution : L’opposition assiège l’Assemblée nationale le 5 octobre


Le projet de réforme constitutionnelle engagé par le Chef de l’Etat a été adopté par …

Lire la suite »
banque2

Transactions financières / Refus des pièces de 250 FCFA : Des banques s’expliquent


Malgré l’assurance de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), la pièce …

Lire la suite »
abidjan

Africa’s Pulse : L’économie ivoirienne parmi les plus performantes d’Afrique


La Côte d’Ivoire et le Sénégal figurent parmi les économies les plus performantes du continent. …

Lire la suite »
Ecole primaire

Enseignement primaire / Cours du mercredi : Ce que propose des syndicalistes


Au cours d’une réunion d’explication sur la nécessité des cours du mercredis, des syndicalistes ont …

Lire la suite »
fidra-mmebedie

Côte d’Ivoire / JRA 2016 : Bonne nouvelle pour les retraités


L’ex première dame de Côte d’Ivoire, Henriette Konan Bédié, marraine de la troisième édition de …

Lire la suite »
franc_cfa

Franc CFA : Une monnaie inadaptée selon un expert de l’ONU


Le secrétaire général adjoint de l’Onu, Carlos Lopes, estime que le Franc CFA est une …

Lire la suite »